Lo Turlututu

Publié le par Faidit

 

Lo turlututu


L’autre mandin, me permenava
Tot lo long daus … Turlututu (bis)
Tot lo long daus Lolonlà lalirèta,
Tot lo long daus boissons. (bis)


Io rencontrí una bargiera
Que gardava … Turlututu (bis)
Que gardava Lolonlà lalirèta,
Que gardava sos motons. (bis)


Docetament m’aprochí d’ela
Per li parlar … Turlututu (bis)
Per li parlar Lolonlà lalirèta,
Per li parlar d’amor. (bis)


“Mon bon Monsur, me dissèt-ela,
Vos ne sètz pas … Turlututu (bis)
Vos ne sètz pas Lolonlà lalirèta,
Vos ne sètz pas mon bargier. (bis)


Mon bargier pòrta pas d’espèia
Ni de chapeu … Turlututu (bis)
Ni de chapeu Lolonlà lalireta,
Ni de chapeu ponchut (bis).


Mon bargier pórta ‘na chabretta
Quò es per me far … Turlututu (bis)
Quò es per me far Lolonlà lalireta,
Quò es per me far dançar.” (bis)


 


L’autre matin, je me promenais
Tout le long des … Turlututu (bis)
Tout le long des Loulounla lalirète,
Tout le long des buissons. (bis)


Je rencontrais une bergère
Qui gardait ses … Turlututu (bis)
Qui gardait ses Loulounla lalirète,
Qui gardait ses moutons. (bis)


Tout doucement m’approchai d’elle
Pour lui parler … Turlututu (bis)
Pour lui parler Loulounla lalirète,
Pour lui parler d’amour. (bis)


“Mon bon Monsieur, me dit-elle,
Vous n’êtes pas … Turlututu (bis)
Vous n’êtes pas Loulounla lalirète,
Vous n’êtes pas mon berger . (bis)


Mon berger (ne) porte pas d’épée
Ni de chapeau … Turlututu (bis)
Ni de chapeau Loulounla lalirète,
Ni de chapeau pointu (bis).


Mon berger porte une cabrette
C’est pour me faire … Turlututu (bis)
C’est pour me faire Loulounla lalirète,
C’est pour me faire danser.” (bis)


Cette chanson a traversé les siècles depuis l’époque de l’amour courtois des troubadours. C’est l’éternelle histoire du noble et de la bergère. Je me demande si elle n'a pas inspiré la comptine « Turlututu chapeau pointu ».

Cette chanson, je t'entends encore la chanter, papa, au septième étage de l'immeuble où nous vivions à Saint-Ouen (qui n'était pas encore dans le "neuf-trois") lorsque le mal du pays nous prenait. J'étais minot. Tu disais "chez nous" en parlant de ce coin du Limousin que nous aimons tant. Encore aujourd'hui, il me manque souvent, tu me manques tant, papa. T'aima mon pair.

 

Publié dans Paroles d'Oc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Faidit 09/07/2007 22:37

Je souhaite une très belle fête à ta famille, Luc. Attention, les différences par rapport à la version phonétique que tu connais peuvent être seulement dûes à l'orthographe occitane. Si tu le souhaites, je t'envoie le texte écrit phonétiquement. Merci de ton message ! Mon adresse courrielle est ici

Luc Moulinier 09/07/2007 13:35

Super ! Mon grand-pere m'avait appris la chanson phonetiquement, et je cherchais les paroles pour une fete de famille le 11 aout a Limeyrat dans le perigord. Beaucoup de mes cousins la connaisse + ou -, mais c'est une chansion de famille. Il y a quelques differences avec le patois perigourdin, mais pas grand chose ! Merci !!

Dolgo 17/03/2007 11:02

Ca sent bon la forêt et les patates =)
Et moi aussi, mon trou paumé commence à me manquer :/
(et zut, les smileys m'ont contaminés, faudra que je revienne dans la saine blogsphère :-s )

Le Garde-mots 16/03/2007 09:30

J'aime bien "minot", mot que j'employais dans mon enfance. A part ça la chanson est à mettre au patrimoine de l'humanité francophone.

KHATE 04/03/2007 09:59

Mon beau frère n'a aucun mal à chanter ces trucs-là , il a fait partie durant plus de 25 ans d'une petite troupe qui donnait des représentations "en patois" . Il est de la Corrèze .