T'aimarai

Publié le par Faidit

T'aimarai Je t'aimera
T'aimarai com òm viatja
A la taverna daus dòus
T'aimarai a l'aigada
Com' òm chamina dins los bòscs
Te contarai una nhòrla
Dins ma lenga de faidit
L'amor dins nòstra lenga
Qu'es un pauc l'amor au païs

Te donarai ma pena
Pòrta la ben a ton còr
Te dirai la colèra
E la trevença de la mòrt
T'aimarai com'òm viatja
Per trobar lèu lo remòrds
T'aimarai de fisança
E t'aimarai a qui pus fòrt

T'aimarai per l'Indian
Quora bufa tan de misèria
Lo Negre que se planh
E sa musica que m'apèla
Per un monde nafrat
Au prigond de la charn e l'arma
Per los òmes abenats
T'aimarai sus la barricada

T'aimarai fachilièra
A la riba de l'ivèrn
T'aimarai embrenaira
Per que vengas dins mon infèrn
T'aimerai de déliri
En chantar los passejants
T'aimerai d'adultèri
Per lo rire de tos enfants

Te dirai l'esperança
Quand passa la veritat
Contra la mejauvença
Lucharai per la libertat
Te dirai la légenda
D'una lenga de faidit
Far l'amor dins la lenga
Qu'es un pauc far l'amor au païs
'quò es far l'amor au païs.

 

 
 

 

 

 

Je t'aimerai comme on voyage
A la taverne des deuils
Je t'aimerai à la rosée
Comme on chemine dans les bois
Je te conterai une "nhorle " (fable drôle*)
Dans ma langue de "faidit"
L'amour dans notre langue
C'est un peu l'amour au pays

Je te donnerai ma peine
Porte la bien à ton coeur
Je te dirai la colère
Et la hantise de la mort
Je t'aimerai comme on voyage
Pour trouver vite le remords
Je t'aimerai de confiance
Je t'aimerai à qui mieux mieux

Je t'aimerai pour l'Indien
Quand il souffle tant de misère
Le Nègre qui se plaint
Et sa musique qui m'appelle
Pour un monde blessé
Au profond de la chair et de l'âme
Pour les hommes épuisés
Je t'aimerai sur la barricade

Je t'aimerai sorcière
A la rive de l'hiver
Je t'aimerai jeteuse de sorts
Pour que tu viennes dans mon enfer
Je t'aimerai de délire
En chantant pour les passants
Je t'aimerai d'adultère
Pour le rire de tes enfants

Je te dirai l'espérance
Quand passe la vérité
Contre la "mejauvence " (mauvais oeil**)
Je lutterai pour la liberté
Je te dirai la légende
D'une langue de "faidit"
Faire l'amour dans la langue
C'est un peu faire l'amour au pays
C'est faire l'amour au pays.

(*) "nhòrla"  (prononcer 'gnorlau')  historiette sous la forme de  fable qu'on se racontait notamment  au cours des veillées.

(**)  "mejauvença"  (prononcer 'métzauvènçau')  est la contraction de "la mauvada jauvissença"   'prononcer 'lau mauvadau  dzauvissènçau').

 Joan Pau Verdier   © éditions Chappell 1975

Publié dans Paroles d'Oc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Faidit 31/08/2006 16:51

Merci, Misto. La deuxième phrase complète parfaitement la première, tant les langues reflètent l'Histoire des hommes, comme leur ADN.

misto 31/08/2006 10:43

"On n'habite pas un pays, on habite une langue. Une patrie est cela et rien d'autre"- E.M.Cioran écrivain roumain de langue française.

Faidit 29/08/2006 18:39

C'était juste pour rire, Dolgo !

Dolgo 29/08/2006 15:01

Ourps ! Merci pour ton dernier comentaire ("Pff..!") chez moi qui m'a fait me relire. J'ai modifié ce que j'estime qui devait l'être.

Faidit 26/08/2006 00:12

Merci pour ta remarque, Mathuzalette. Loin de moi toute intention de prosélytisme ! J'ai découvert Joan Pau Verdier par hasard à la discothèque de Saint-Ouen (93) je devais avoir 15 ans ... C'était l'album "Faits divers". Comme toi, j'aime beaucoup Joan Pau, qu'il chante en langue d'Oc ou en français. Ses chansons me parlent, quelqu'en soit la langue, et particulièrement  "T'aimarai". C'est elle qui m'a inspiré  mon pseudonyme.